samedi 26 novembre 2022

Aphorisme nocturne et désabusé


Pourquoi vouloir répartir les clandestins* dans l'ensemble des pays européens ? S'ils sont une chance nous devons TOUS les prendre ! On a pas de pétrole mais on a des migrants ! 

*Aussi appelés "fardeau"... 

Corrida suite et fin



SOURCE VALEURS ACTUELLES 

jeudi 24 novembre 2022

Corrida

 

                                                                                     Corrida portugaise

                                                                    

 

La seule corrida à laquelle j'ai pu assister un jour, c'était dans les arènes de Nazaré, Portugal, pays où il n'y a pas de mise à mort du taureau. Le spectacle ressemble plus à une valse entre le toréro et l'animal, et vous pouvez y emmener les gosses qui ne risquent pas d'en sortir traumatisés (mais un accident est toujours possible).

Je suis bien évidemment contre l'interdiction de nos corridas telles qu'elles se pratiquent encore dans le sud de la France. Je suis contre l'interdiction par principe, même si je ne mettrai jamais les pieds dans les arènes de Nîmes ou Arles où elles se déroulent du printemps à l'automne. Cette tradition locale (importée) attire encore un public d’aficionados dont je ne suis pas et que je sache personne n'est obligé d'y assister.

Si la corrida est dépassée, si elle n'est plus de son temps, alors elle s'éteindra d'elle-même, quand les spectateurs cesseront de se rendre aux arènes. C'est déjà semble-t-il le cas si j'en crois cet article relevé ce matin :

Holà
Palavas, Fréjus, Vergèze... de plus en plus de villes françaises disent basta aux corridas
Article réservé aux abonnés
Le débat parlementaire qui doit se tenir ce jeudi sur l’interdiction de la tauromachie s’annonce houleux. Pourtant, des villes taurines dans le sud du pays ont déjà mis un holà aux corridas, sans provoquer de bronca.

Difficile d’ignorer que, ce jeudi, l’Assemblée nationale doit examiner la proposition de loi d’Aymeric Caron (député Révolution écologique pour le vivant) visant à interdire la corrida : depuis des semaines, pro et anti s’écharpent dans les médias à coups d’arguments plus ou moins futés et affûtés. Mais à l’écart de ces passes d’armes, la disparition progressive des corridas s’installe discrètement dans les terres dites de tradition taurine. Comme à Mauguio, une commune héraultaise qui s’étend entre Montpellier et la Méditerranée : les deux dernières éditions de sa «Romeria», fête annuelle dédiée à la culture espagnole, ont fait l’impasse sur la traditionnelle corrida proposée au public depuis 1989. «Nous l’avons remplacée par un spectacle plus familial qui attire un public quatre fois plus nombreux», constate le maire (DVG) Yvon Bourrel, qui estime que les corridas ne correspondaient plus aux attentes de la population.

SOURCE

Alors pourquoi vouloir, par la loi, hâter la mise à mort de la corrida ?  La cause animale a bien d'autres combats à mener : élevages concentrationnaires, mise à mort sans étourdissement, ce ne sont pas les sujets qui manquent depuis que le paysan est devenu, bien malgré lui, un industriel.


Rajout de dernière minute : le projet de loi vient d'être retiré.

mardi 22 novembre 2022

Aphorisme nocturne et désabusé


La coupe du monde de football c'est bien ce truc qui se déroule dans les métavers ?

Ou j'ai rien compris ?

J'ai pas les lunettes... 

samedi 19 novembre 2022

Regrets

 


Ah que n'ai-je choisi le camp du bien, celui qui fait les nuits si douces... 

Aujourd'hui je serais invité dans les écoles, à la télévision ; à l'ONU. Je signerais des tribunes enflammées dans les grands quotidiens dans lesquelles je défendrais l'amour inconditionnel du lointain prochain. Les enfants rentrant de leurs cours diraient à leurs parents "j'ai rencontré le chevalier de Maque dans son beau costume blanc : il m'a dit souvenez-vous de ce message révolutionnaire : aimez-vous les uns les autres. Qu'il était beau...". 

Au lieu de cela je navigue dans la face cachée de l'humanité, sa partie la plus sombre, un purgatoire qui n'en finit pas. Tel le diable de Bernanos j'avance masqué. Comme Pascal j'aimerais dire "qui fait l'ange fait la bête", mais ce serait déjà trop : on me condamnerait au bûcher.

Alors dans la rue je suis des plus courtois : je souris à des gens que j'aimerais voir partout sauf ici ; je m'extasie devant le métis ; je dis que l'immigration est une chance pour la France.

Dans ce monde faux j'ai appris à être faux.

Et à la nuit tombée je tourne et je tourne dans mon lit, appelant désespérément le sommeil.

jeudi 17 novembre 2022

Comparaison


Tiens... 

Mon misérable blog fait plus d'entrées que ce film à deux millions cinq de budget... 

Y'a de l'espoir !

mardi 15 novembre 2022

No border


On hurle à l'envi "no border ! No border !" 

Et quand une bombinette franchit de quelques mètres une ligne imaginaire, le monde entier retient son souffle...

En revanche la frontière redevient odieuse et détestable quand on veut l'opposer à ceux qui la forcent sans y avoir été invités.

Comprenne qui pourra...