mardi 6 décembre 2022

Église de France





les scandales de mœurs dans l'Église ont frappé des prêtres, ils touchent à présent des évêques.

[...] 

Ce sujet suscitera chez certains un soupir de lassitude. Cela fait plusieurs années maintenant que l'actualité de l'Église baigne dans ces eaux saumâtres.

SOURCE


"Eaux saumâtres", c'est bien ça... 

Pauvre Église de France, elle a de bien mauvais serviteurs... Elle n'en finit pas de patauger dans ce marécage glauque. Son règne se termine de la façon la plus pitoyable, la plus misérable. 1500 ans d'histoire pour en arriver là... Les civilisations meurent dans la débâcle il faut croire... 

Si l'on veut se reconforter, on se dira que bientôt les enfants ne se feront plus abuser par le curé ou l'évêque, en allant à confesse ou au catéchisme ; ils le seront par l'imam en allant à la madrassa réciter les versets du Coran... 

La relève est assurée. 



30 commentaires:

  1. Que penser d'une Église qui nous faisait chanter :

    Ô mes petits enfants, échangeons notre faim
    Vous de moi, moi de vous, échangeons notre pain
    Le mien c'est votre amour
    Mon amour est le vôtre
    Et quand vous serez grands
    N'en cherchez aucun autre
    Ô mes petits enfants,
    Échangeons notre faim

    Moi j'avais dit que ça ne me plaisait pas de chanter ça ! Mais c'était normal puisque j'étais connue pour avoir "mauvais esprit" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça a vraiment existé ce genre de chanson ?
      Je vous comprend, ça craint un peu... 😕

      Supprimer
    2. J'ai toujours pensé que le mot "amour" revenait trop souvent dans les chants catholiques pour que ce ne soit pas suspect... 🥴🤭😁

      Supprimer
    3. Ce n'était pas une chanson, mais un cantique. Nuance !

      Supprimer
    4. J'en ai cherché des traces sur Internet et n'en ai pas trouvé. Il y aurait eu un grand ménage ?

      Supprimer
    5. Sûrement un coup des intolérants au gluten !

      Supprimer
  2. "Les civilisations meurent dans la débâcle il faut croire... "
    Vous allez vite de l'église au cimetière me semble-t-il. Une congrégation élargie aux évêques ne fait pas une civilisation... tout au plus un sacré lupanar spécialisé. L'abolition de la dîme n'en est pas venu à bout alors, pensez, quelques enfilades en bande dans la grande maison de la tolérance, du repentir et du pardon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Église de France, et ses ouailles, c'était un peu plus qu'une congrégation non ?
      Que ça se finisse en lupanar spécialisé, voilà qui est ennuyeux...

      Supprimer
    2. Ça ne finit pas... c'est de la transition eschatologique, du recyclage théologal converti en mouvement perpétuel du voile et de la vapeur. Vous m'avez tout l'air d'un catholique sans transcendance... comme tout le monde.

      Supprimer
    3. Dans mon ADN on devrait pouvoir encore trouver des traces infimes de catholicisme en effet, même si elles s'amenuisent plus j'avance en âge...

      Supprimer
    4. En effet, cher Léon, on assiste à un vertige transcendantal, une chute quasiment ; et des réflexionnettes de blog, des siestes faciles, et des images de pédérastie insoutenables.

      Supprimer
    5. @ anonyme Comment il y aurait des blogs présentant des images insoutenables de paons s'adonnant à des siestes faciles ?

      Supprimer
    6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    7. Et moi qui me demandais toujours où vous passiez lorsque vous disparaissiez, Léon !

      Supprimer
    8. Je hante la tête d'anonyme, fantôme de lin thermolactyl, au milieu des courants d'air.
      Je vous salue bien bas.

      Supprimer
    9. Ça faisait bien longtemps que monsieur ou madame point ne s'était pas manifesté(e)! Ça nous rappelle des souvenirs ! 😁🤭

      Supprimer
    10. Ne manque plus que Georges... 🥴🙄

      Supprimer
    11. Vous savez bien que c'était une dame...

      Supprimer
    12. Qui habitait, ou habite encore, une banlieue que j'ai aimé fréquenter...

      Supprimer
  3. J'ai toujours pensé que le mot "amour" revenait trop souvent dans les chants catholiques...
    Je vois que tout le monde est prêt...
    Répétez (sans moi)
    Achhadou an lâ illâha illa-llâh, wa-achhadou anna Mouhammadan rassoûlou-llâh

    Chacun participe comme il peut à la destruction de l'occident "judéo-chrétien", comme on dit.

    (et ne me faites pas dire que je soutiens la pédophilie où qu'elle se trouve et quelle que soit son ampleur)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Chacun participe comme il peut à la destruction de l'occident "judéo-chrétien", comme on dit."

      C'est vrai, dût ma modestie en souffrir (temps utilisé, entre autres, par Laclos, Sully Prudhomme,
      Voltaire et Alexandre Dumas... Ne venez pas me chercher des poux ). Enfin tout de même, "la destruction de l'occident judéo-chrétien", rien que ça ! C'est ma femme qui va être épatée (elle croira à un remake de Papy fait de la résistance). Mais à votre tour souffrez qu'on puisse être des chrétiens de peu de foi.

      Supprimer
  4. Et mon second cantique, il est passé où ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas dans les spams en tout cas...

      Supprimer
    2. Je reprends et je disais donc qu'il se pourrait que le ménage ait été fait après Vatican II !
      Ainsi qu'est-il advenu de ce cantique qui serait de saison ?

      Ô crèche dé-li-ci-eu-se
      Où j'ai goûté le bonheur
      Combien tu m'es pré-ci-eu-se
      A toi je laisse mon coeur

      Supprimer
    3. Je ne sais pas quand le catholicisme a commencé à se gâter, mais quelque chose me dit que c'est bien avant Vatican II...

      Supprimer
  5. Que se passe-t-il encore, maintenant c'est votre page "Western" qui n'existe pas ?
    Une consolation quand même : 10 commentaires de plus que chez mon Parrain l'"influenceur" !
    Ça s'arrose comme on dirait chez lui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Western" était un billet mis en ligne hier soir après le visionnage d'un film. À la relecture je ne l'ai pas trouvé très bon, d'où sa suppression...

      Supprimer
  6. Quand on a saisi ce qui mène le monde (à pleine main ou par autre orifice), on se dit que l'on a là péché par orgueil. Demander à des hommes dans la force de l'âge, équipés parfois comme des reproducteurs charolais, une totale abstinence c'est évidemment l'échec assuré. Quant au "Laissez venir à moi les petits enfants" il peut, pour certains, favoriser une vocation double.
    Le christianisme implose pour avoir demandé trop de contraintes impossibles à suivre, espérons que les nouvelles religions subiront le même sort pour leurs excès de libéralités, plus que deux mille ans à attendre!
    Le Page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "...plus que deux mille ans à attendre !" Peut-être moins grâce à la variole du singe ?

      Supprimer
  7. Plus que deux mille ans à attendre !!! Mouarf ! 😁😀

    RépondreSupprimer

Lâchez-vous ! Mais en gens bien élevés tout de même...