samedi 29 janvier 2022

Un samedi avec les Patriotes

 

Ce que j'ai pu marcher encore aujourd'hui...

Braves jambes tout de même, jamais je ne vous remercierai assez.

J'avais décidé de rejoindre une nouvelle fois la manifestation des anti-passe, à Trocadéro. Mais sans doute me suis-je réveillé trop tard, à moins que le mot "liberté" ne soit plus très fédérateur : au Trocadéro il n'y avait personne, sinon une faune interlope avec des préoccupations assez éloignées de celles de M. Philippot. L'appréciation peu flatteuse du Général sur le peuple Français me revint comme une claque en mémoire. En contrebas du musée de l'Homme il y avait ça :

 

J'ai pris les allées sur le côté en direction de la tour Eiffel et du Champ-de-Mars. Arrivé aux pieds du monument quelle désillusion et quelle désolation ! Ce qui, au prétexte de quelque attentat, ne devait être qu'une protection discrète en front de Seine, est devenue une ceinture, une clôture étanche de verre et d'acier : plus question de passer entre les jambes de la dame de fer, espace public il y a encore peu (celles d'Alice à ce que dit la légende) pour rejoindre le Champ-de-Mars ! La belle est verrouillée, cadenassée, vidéo-surveillée, avec, aux points stratégiques, des checkpoints où acheter son billet, des écrans partout annonçant "port du masque obligatoire". Et je ne reviens pas sur cette foule, la même que celle d'un peu plus haut : même les Allemands sous l'occupation se faisaient plus discrets, plus respectueux. Du moins c'est mon sentiment si on veut bien... Mais ce qui me frappe le plus au cours de mes promenades, c'est le sentiment d'abandon généralisé de la ville, quelque chose comme une désagrégation, une décomposition rapide devenue incontrôlable et qui s'observe à l'œil nu, jour par jour, heure par heure. Le Champ-de-Mars par exemple n'est plus lui aussi que l'ombre de lui-même. Voyez cet article de 2020 ; c'est encore pire aujourd'hui. #saccageParis n'est pas qu'un mythe, c'est un crève-cœur bien réel auquel je ne peux me résoudre. Comme je comprends et envie ceux qui fuient Paris !!! (je crois en fait que personne n'a idée de ce qu'est devenu l'environnement de la tour Eiffel : c'est assez effrayant. J'en ferai une vidéo prochainement. Peut-être que cela n'est que provisoire, mais il est permis d'en douter avec ces cinglés de la Mairie de Paris).

Je repris mon chemin morose avec une multitude de mots en "on" qui se bousculaient dans ma tête comme "dépossession", "spoliation", "spéculation", autant de mots qui riment aussi avec "affliction" : oui le monde change, mais décidément pas en mieux. 

La nuit était tombée ou presque, j'étais un peu paumé. J'ai beau être un parigot de longue date, dès que la nuit tombe je perds tous mes repères. Mais au loin scintillait la tour Montparnasse. "C'est par là que j'habite encore" me dis-je, et je mis le cap vers elle. Je remontais depuis un moment une avenue (l'avenue Duquesne ?) quand des notes de musique, de plus en plus fortes et précises me parvinrent : je les avais, sans le vouloir, retrouvés mes Patriotes !

Il y avait bal popu à l'angle de ce qui était bien l'avenue Duquesne et de la rue d'Estrées, genre bal des pompiers en janvier. La sono déversait de vieux tubes disco pour le plus grand bonheur de ce qu'il restait de la manifestation. C'était bon enfant, assez jeune et fraternel, très peu encadré par la police : j'ai failli demander une danse à une belle quand je me suis souvenu qu'à mon âge c'aurait été déplacé... N'empêche que je prendrais bien un abonnement aux manifs des anti-passe ! Chez eux au moins on a l'air de se marrer ! On joue avec désinvolture à "trompe-la-mort" ! C'est ça qui est chouette dans ce monde apeuré, terne, résigné et calfeutré, qui a oublié les joies les plus simples : savoir qu'il y en a encore qui s'en battent les c.... 

Je pense n'avoir rien oublié...

Ah si quand même : merci à vous mes jambes de ne jamais me trahir ! Tant que vous serez là j'aurai toujours vingt ans !...

10 commentaires:

  1. "dès que la nuit tombe je perds tous mes repaires." Repères, non?
    AK-47

    RépondreSupprimer
  2. Si vous aimez la musique de la vidéo numéro 1, tapez [1]
    Si vous aimez la musique de la vidéo numéro 2, tapez [2]




    RépondreSupprimer
  3. Pour gagner mon paradis, ma BA du dimanche qui devrait vous encourager dans votre rebellitude : https://www.youtube.com/watch?v=dWKXU8vSwx4
    Chanson en réponse à celle-ci de Brassens : https://www.youtube.com/watch?v=eWS-PAC1BDg
    Je pense que vous devinerez ma préférence...

    RépondreSupprimer
  4. Ca devient "la Chanson du Dimanche", par ici !



    RépondreSupprimer

Lâchez-vous ! Mais en gens bien élevés tout de même...