mercredi 23 juin 2021

Bulle de savon



En ce moment passe en boucle une publicité dans l'étrange lucarne. Ne me demandez pas ce qu'elle vend je n'en sais rien. Je suis, sans me vanter, totalement imperméable à la publicité. Il n'est pas né celui qui, en 30 secondes, me fera acheter une lessive écoresponsable, la dernière voiture à tempérament.

Je ne sais pas ce qu'elle vend mais dans cette période footballistique j'ai tout de suite reconnu la musique qui l'accompagne, tout en étant incapable de dire sur le moment pourquoi elle ne m'était pas inconnue. Et puis bingo ! Ça m'est revenu : il s'agit de la musique du film "Coup de tête", du génial Jean-Jacques Annaud avec, entre autres, Patrick Dewaere.

Ce que j'ignorais c'est que cette musique nous la devons à Pierre Bachelet, dont l'œuvre à mon avis doit être assez méconnue*. Mais ce Pierre devait aimer le foot, ou du moins en avoir tout compris. Et J-J Annaud ne s'y est pas trompé. Quoi de mieux que son thème musical pour résumer la brève euphorie d'une victoire sur un stade, quand déjà les supporters sont partis, s'endorment en tachant de ne pas penser aux emmerdes du lendemain ? Quoi de mieux que sa musique pour dire la gloire éphémère d'un joueur dont le nom ne tardera pas à tomber dans l'oubli ? Quoi de mieux pour illustrer une descente des Champs-Élysées un soir de coupe du monde, avec "la propreté de Paris" en voiture-balai pour effacer au plus vite les traces de la liesse ?

Quoi de mieux enfin que ces sifflets nostalgiques pour dire l'allégresse "bulle de savon", l'ivresse poppers d'un soir de match, qui retombent si vite ? 

Je vous mets en lien, à défaut de savoir comment faire autrement, la bande originale du film, et vous comprendrez mon propos, la justesse de la musique de Pierre Bachelet.

Allez Guingamp ! Euh non... Trincamp. ..

Coup de tête

*En parcourant sa fiche Wikipedia on s'apercevra que celle-ci mérite le respect. 

PS : Pourquoi ce billet ?

C'est simple : j'adore ce genre de sifflets. 

4 commentaires:

Lâchez-vous ! Mais en gens bien élevés tout de même...